40 Francs Louis XVIII 1818 MS61

1 200 

Pour plus d’informations contactez-nous au 01 44 82 01 49

Caractéristiques

Métal Or
Etat Boursable
Pays France
Poids bruts 6.45g
Diamètre 26mm
Titre 999/1000
Valeur Faciale 40 Francs

Pourquoi investir dans un 40 Francs Louis XVIII 1818 MS61 ?

Cette pièce en or de 40 Francs Louis XVIII 1818 MS61 fut fabriquée le 9 décembre 1815 par ordonnance royale, elle est la première pièce royale entre le Premier et le Second Empire. Suivront ainsi la 40 Francs Charles X et la 40 Francs Louis-Philippe I.

Les monnaies d’or royales françaises, à l’effigie des monarques de l’ancien régime, sont les plus recherchées par les collectionneurs.

Description de la pièce

AVERS : Titulature : LOUIS XVIII.
Profil droit tête nue de Louis XVIII, les cheveux noués d’un ruban tombant derrière la tête ; au-dessous MICHAUT F et tête de cheval de Nicolas-Pierre Tiolier.

REVERS : 40 francs Louis XVIII de part et d’autre d’un écu de France couronné entre deux branches de laurier, nouées à leur base, millésime 1817 -1818.

Sur la tranche en creux: DOMINE SALVUM FAC REGEM

40 Francs Louis XVIII : une gravure signée Auguste-François Michaut

Auguste François Michaut1 naît à Paris en 1786 dans un milieu artistique. Son père Jean, associé à son frère Jean Baptiste, est fondeur d’objets d’arts et ciseleur rue du Temple2. Sa mère meurt en 1801. Il entre à l’École des beaux-arts de Paris vers 1804. Ses goûts le portent d’abord vers la sculpture. Ses premiers maîtres sont les sculpteurs François-Frédéric Lemot et Jean-Guillaume Moitte. Il est admis à concourir au grand prix de Rome en 1809. Mais sa mauvaise santé3 due à une maladie de poitrine l’oblige à renoncer à la sculpture.

Il se tourne alors vers la gravure en médaille. André Galle (dit « Galle l’aîné ») lui en enseigne les bases. Sa signature de graveur est « Michaut F. », et son différent, une lampe romaine sur une ancre. Durant cette période, il se lie d’amitié avec James Pradier son condisciple qui fut, lui aussi, élève de Lemot. Le , il remporte le second prix de Rome du concours de gravure en médailles de l’Académie des beaux-arts avec L’Hercule français, l’Académie ayant décidé de ne pas attribuer un premier prix. L’année suivante, il concourt à nouveau, mais le jury exprime le regret de ne pas avoir deux premiers prix à accorder, Michaut ayant déjà remporté un second prix, n’était susceptible que d’obtenir le premier.

Il grave pour le gouvernement de Napoléon Ier la médaille de l’Aigle Française sur le Wolga sous la direction de Dominique Vivant Denon

Lors de la Première Restauration, un « concours pour la perfection de la gravure des monnaies » est ouvert le  afin de définir le futur type des monnaies de Louis XVIII et l’entière confection d’un système monétaire. Michaut y propose un modèle de pièce de 40 francs, en différents métaux, et quatre types de pièce de 5 francs. Il remporte le concours.

L’ordonnance du  fixe au  les nouvelles émissions de monnaies signées du graveur Michaut. Son modèle pour une monnaie française de cinq francs (ou écu) lui vaut à l’époque les commentaires élogieux du critique d’art Edmond About : « lorsqu’on jette cet écu sur le comptoir d’un marchand on ne se doute pas qu’on dépense un chef-d’œuvre », et ceux de Thérèse Vallier dans son éloge du graveur Hubert Ponscarme« Sous la Restauration, la glyptique a pour tenants de solennels pompiers. Michaut seul fait exception. Dans un éclair de génie, il donne, avec son écu à l’effigie de Louis XVIII, une vraie petite merveille d’élégance et de clarté.