20 francs Cérès 1851 AU53

500 

Pour plus d’informations contactez-nous au 01 44 82 01 49

Caractéristiques

Métal Or
Etat Boursable
Pays France
Poids bruts 6.45g
Diamètre 21mm
Titre 999/1000
Valeur Faciale 20 Francs

20 francs Cérès 1851 AU53

Cette pièce d’or 20 francs Cérès 1851 AU53 a été frappée de 1849 à 1851 durant la IIème république. Primée au concours monétaire clôturé le 31 octobre 1848, sa fabrication débutera dès l’année suivante.

La pièce en or de 20 Francs Cérès est une monnaie de la deuxième république frappée à plus de 16,7 millions d’exemplaires.

1849A et 1850A : Attention Pièce rare  »flan bruni » (Atelier de Paris) pouvant valoir jusqu’à 5000€.

1851A : Particularité sur cette pièce, elle existe avec un point ou non derrière le nom du Graveur. Celle ne possédant pas de point derrière Merley possède une valeur supérieure.

Description de la pièce : 20 francs Cérès 1851 AU53

Avers

Tête de Cérès à droite couronnée d’épis entre un faisceau de licteur surmonté d’une main de Justice, le tout sous une étoile à six rais ; signé L.MERLEY. F..

Écriture : Latin

Inscription :
REPUBLIQUE FRANÇAISE
L.MERLEY.F.

Revers

Dans une couronne formée d’une branche de laurier à gauche et d’une branche de chêne à droite.

Écriture : Latin

Inscription :
LIBERTE EGALITE FRATERNITE
20
FRANCS
A
1851

Tranche

Inscrite en relief

Inscription : DIEU PROTEGE LA FRANCE

Graveur : Louis Merley 

 

Louis Merley naît à Outre-Furan dans une famille d’armuriers et graveurs sur armes. À la suite de son père, Jean-Baptiste Merley, il reçoit un enseignement de son frère Pierre (1804-1837), puis suit les cours de David d’Angers à l’École des beaux-arts de Paris. Il obtient le grand prix de Rome en gravure de médaille et pierre fine en 1843 avec Arion sauvé des flots.

Il remporte le prix de 10 000 francs pour le concours en vue de l’émission de la nouvelle pièce française de 20 francs-or émise par la Deuxième République. Cette pièce est frappée en 1849, 1850 et 1851, et un module de 10 francs-or en 1850 et 1851. Ces pièces, émises à des tirages assez faibles, restent plus rares que les autres modules de la deuxième moitié du xixe siècle.

Le dessin reprend l’effigie de la déesse Cérès, couronnée d’épis, proche de celle gravée par Eugène-André Oudiné à la même époque, mais regard dirigé à droite. Ce médailleur ne produira que ce type de monnaie.

Ce dessin de monnaie sera reproduit en module de 5 francs-or en 1878 et 1889 (quelques dizaines de pièces rarissimes) et au module de 10 francs-or en 1878, 1889, 1895, 1896 et 1899. Seules les trois dernières années ont des tirages plus importants mais restent très rares.