Monnaies d'or françaises

11 résultats affichés

Monnaie française en or

Chacune des pièces d’or était la pierre angulaire d’une puissance politique, économique ou militaire à une époque de l’histoire de France. Pour certains, ce sont aussi des pièces qui continuent d’être une référence pour les investisseurs. Ayant marqué leur époque, ils ont conservé des qualités reconnues. Pour d’autres, c’est une manière d’essayer de consolider la puissance du pays sur la scène internationale.

La place qu’occupe Napoléon 20 Francs parmi les investisseurs et collectionneurs tient à plusieurs éléments. Surtout, il a une valeur historique et politique importante. Il fut frappé en 1803 à la place du Louis d’Or, qui termina sa carrière avec Louis XVI. C’est la pierre angulaire d’un nouveau système monétaire basé sur le bimétallisme. Il doit représenter la France à l’international, dans un contexte de profonds changements politiques et de rayonnement culturel français. Il a été touché de manière continue depuis le début des années 1800 et ce depuis plus de cent ans. Au total, 500 millions Napoléon 20F soit 2 900 tonnes d’or sont frappés. C’est plus que les avoirs actuels de la Banque de France (environ 2 500 tonnes).

Plus qu’économique, le Napoléon 20 Francs est aussi une référence européenne en avance sur son temps. C’est la monnaie de référence de l’Union Latine. Dans ce système monétaire commun avec la Belgique, la Suisse et l’Italie à partir de 1865, des pièces de mêmes dimensions et de même poids sont frappées en or : 5,81 grammes d’or fin pour un poids total de 6,

5 grammes et un diamètre de 21 mm. Ainsi, les 20 francs de Napoléon peuvent être échangés en Suisse ou en Belgique, tout comme les 20 francs Vreneli ou la Marengo Lira à Paris. D’autres pays adhèrent à l’Union latine : la Grèce, la Roumanie ou la Russie, par exemple, des pièces dont la taille et la valeur correspondent aux 20 francs de Napoléon.

Les monnaies en or françaises, ce sont le Temps et l’Histoire capturés dans un écrin de métal précieux

Comme nous l’avons vu précédemment, nombreuses ont été les monnaies utilisées en France, à travers les siècles. Grecques, gauloises, romaines, etc.

Mais le véritable tournant pour la monnaie française a été la création de la plus ancienne institution française, et l’une des plus vieilles entreprises du monde toujours en activité : la Monnaie de Paris.

Fondée en 864 par Charles II, dit Charles le chauve, fils de Louis le Pieux, et petits-fils de Charlemagne, elle connaîtra un tournant capital au XVIIe siècle, lorsque sous l’impulsion du Graveur Général Jean Varin, se généralisera la mécanisation de la frappe au balancier, les monnaies étant jusqu’alors frappées au marteau. Dès lors, la qualité de l’outillage et de la gravure deviennent l’une des priorités de l’institution, qui recrutera et formera les meilleurs ouvriers et artistes devenus des légendes, tels Augustin Dupré, N. Pierre Tiolier, Oscar Roty, Pierre Turin, Daniel Dupuis, et bien d’autres ! Toujours à la pointe des dernières innovations en matière d’alliages, de patines, de gravures et de techniques de frappe, les monnaies françaises produites par la Monnaie de Paris jusqu’au siècle dernier sont une référence mondiale.